Revenir en Haut

 

Historique d’une hypothèse incrédible


 YOUTUBE

             Cinq oppida au sud de la plaine de la Limagne revendiquent être Gergovie. Dans un premier temps, on va expliquer comment on en est arrivé à cette situation, puis on va reprendre l’enquête en respectant scrupuleusement les textes anciens. 

          En 1560, Siméoni, un Florentin ami de l’évêque de Clermont Ferrand était venu cartographier l’Auvergne. Au hasard de son travail, il avait trouvé au pied d’une colline, une bâtisse qui portait le nom de « Ferme Gergoie ». Il a rapproché ce nom à celui de Gergovie. Alors il a émit l’hypothèse que la bataille entre César et Vercingétorix s’était passée sur la colline derrière cette ferme. 

          Pour lui l’affaire était réglée, on était en Auvergne, au pied d’un oppidum et le nom de cette petite ferme confirmait l’antique lieu de la victoire de Vercingétorix. Il déposa donc son hypothèse dans un ouvrage qui fût tout de suite déclarée incrédible par des historiens de son époque. En effet, la géographie de la colline ne correspondait pas du tout aux descriptions qu’en avait faites Jules César. 

        Aujourd’hui la même hypothèse serait balayée du revers de la main par tous les archéologues et historiens. Le texte de César et des autres auteurs de l’antiquité ont donnés énormément de détails géographiques qui devraient tous se retrouver sur une des collines Auvergnate ! 

          L’affaire aurait pu en rester là, mais 200 ans plus tard, Napoléon III passionné d’histoire, remet la question à l’ordre du jour. Il confit à Eugène Stofel son aide de camp, la mission de découvrir les lieux des batailles de Gergovie et d’Alésia. C’est avec les écrits de Siméoni que Stofel descend en Auvergne, organise quelques fouilles, il trouve des vieux murs qu’il déclare être Gaulois. Il aurait pu trouver les mêmes sur n’importe lequel des oppida Clermontois. Mais, fort de ses trouvailles et sans aucune expérience archéologique, il certifie à Napoléon III que la bataille s’est bien déroulée sur cet oppidum. L’empereur rebaptise le village voisin de Merdogne : « Gergovie ». Encore une fois, aucune prise en compte des textes anciens.  Le ridicule de cette hypothèse à ouvert la course aux oppida. 


          Quoi de plus évident que de trouver des vestiges Gaulois dans cette région. Ces peuples Gaulois ont occupés les sites Auvergnat depuis la préhistoire jusqu’à la défaite d’Alésia. Les cinq siècles qui ont suivis ont vu la superposition de deux civilisations, Romaine et Gauloise. Elles ont forcément laissées de nombreuses traces. Ne rien trouver de Gaulois et de Romain serait impensable. Est-ce pour autant que ces artéfacts prouvent la localisation de Gergovie en Limagne ? Certainement pas. Lugdunum, Autun, Vienne ont tous sensiblement les mêmes vestiges avec des datations identiques.

(clic sur image)

           Ce sont les textes anciens qui nous décrivent la route de César vers Gergovie. Ils donnent aussi des caractéristiques géographiques très précises concernant la description de l’oppidum. Mais ces très nombreuses descriptions sont ignorées par les Clermontois pour adapter le texte de César à chacun de leur oppida. La dernière conclusion officielle est : « Gergovie est un ensemble de trois oppida ». César doit se retourner dans sa tombe. Sur place, il n’en a vu qu’un. Par contre il n’a pas vu Némossos la métropole des Arvernes. Métropole qui devenant gênante pour les hypothèses Clermontoises. Elle a complètement disparue de nos livres d’histoire au profit de Gergovie qui est devenue par enchantement la capitale Arverne comme sur cette carte de la Gaule publiée par le CNRS.

(clic sur images) 

   

ATTENTION: D'après ce site du "Centre National de Recherches Scientifiques" les auteurs de cette carte,

''Gergovie et Alésia sont  disposés "suivant la description qu'en donne J César"

Pas de renvoi aux références du livre VII de César pour étayer cette affirmation...

 

     Sur tous ces oppida des traces d’occupation Gauloises ont été trouvées. La métropole était le bord du Liger selon Strabon, elle n’était pas sur un oppidum alors les premières questions se posent au plus curieux.

-Pourquoi César ne parle jamais de Némossos ?

- Pourquoi Gergovie est devenue la capitale des Arvernes le temps d’une bataille ?

- A partir de quelle base scientifique, nos érudits ont-ils supprimé Némossos ?

- Ces deux villes trop proches l’une de l’autre gênent elles les hypothèses Clermontoises ?

-Est-ce que Les Gaulois des oppida voisins sont restés contemplatifs ou parti prenants de la bataille ? -Le butin est le salaire des légionnaires, César a-t-il oublié de faire piller la métropole et les oppida voisins ?

-Pourquoi est ce qu’on ne trouve pas d’explication claire et nette du déroulement de la bataille à Merdogne ?

 Les réponses ne fusent pas. 

            


 

 




Tous les -Gergovie- sur un tableau comparatifDébut de la contre enquête










Version imprimable


Mon audience par Xiti