Revenir en Haut

Vellaunodunum

          [7,11] XI. Le lendemain, étant arrivé à Vellaunodunum, ville des Sénons, et ne voulant pas laisser d'ennemi derrière lui pour que les vivres circulassent librement, il résolut d'en faire le siège, et en acheva la circonvallation en deux jours. Le troisième jour, la ville envoya des députés pour se rendre; et il fut ordonné aux assiégés d'apporter leurs armes, de livrer leurs chevaux et de donner six cents otages.

 

          César part de Montafrique et en une étape de nuit, sur la route de Cenabum, Il doit rencontrer Vellaunodunum, ville des Sénons. Une armée Romaine peut parcourir entre 30 et 50km par jour. César a marché un jour, une nuit de repos  puis il est tombé sur Vellaunodunum. On devrais bien trouver cette citadelle s’il est bien parti de Montafrique. Il faut d’abord tracer un axe directionnel depuis Dijon vers Cenabum, puis zoomer pour trouver les oppida qui pourraient se trouver aux alentours.

 

Voici le zoom de la première partie du trajet de deux fois 35km.

          Cliché suivant, il y a bien un petit oppidum. Il est à 50 km de Montafrique. C’est peut-être Vellaunodunum ! On va Zoomer plus fort pour voir de près ce qui ressemble à un camembert, pardon avec sa forme ovale on dirait plus tôt un caprice des dieux. . . .

Le voilà ce petit oppidum, bon sang mais bien sur, c’est Alise Ste Reyne. Qui l’aurait cru ?

 

          7/11. Il résolut d'en faire le siège, et en acheva la circonvallation en deux jours.

          Pour être sur de moi, je vais mesurer la périphérie au sol et m’en remettre aux experts pour savoir si cette contrevalation de huit km peut se réaliser en deux jours. Il faut dire que les ruisseaux qui entourent l’oppidum vont l’aider à obtenir la rédition des Gaulois. Il n’y a pas de sources sur cette petite colline. Mais 10 légions de 6000 hommes représente une troupe de 60 000 militaires. Même si on agrandi exagérement la contrevallation jusqu’à 12 km, il est tout à fait possible que chaque légionnaire puisse construire 2 m de remparts en deux jours.

 

 

Venarey les Laumes est peut être bien Vellaunodunum

Il faut trouver autre chose pour en être sûr. Voyons plus loin.

 

           Mais il y a d’autres moyens de vérifier si notre « Caprice des dieux »national est bien Vellaunodunum donc n’est pas Alésia.

-1)  Lire le livre de Frank Ferrand : « Alésia, la supercherie dévoilée» démonte point par point cette impossible hypothèse ; Alésia = Alise St Reyne

          

 

          -2)  Dans son livre il parle de balles de fronde trouvées ici. Elles portent le nom Aelius Africanus, celui qui a laissé son nom au camp Romain de « Mont Afrique » près de Dijon. Camp depuis lequel arrive César. J’espère qu’ils ne m’en voudront pas d’avoir utilisé sans autorisation deux photos de leur livre. . .

          -3)   C’est de continuer le trajet de César. Plus loin, il donne des précisions de timing intéressantes en direction de Cenabum.

          -4) Si cet oppidum était Alésia, il aurait été rayé de la carte pour les siècles à venir comme l’ont été toutes les villes qui ont refusées de se soumettre à l’autorité de Rome.

 

Si je ne me trompe pas, Venarey-Lès-Laumes est Vellaunodunum.

 

Si ce n’est pas suffisant comme preuve, lisez encore les textes ci dessous

http://www.alesia.com/fic_bdd/pdf_fr_fichier/12017685750_Pdf_armes.pdf

 

Si mon trajet est correct ou proche de la réalité, vous noterez que Titus Labienus fait parti du convoi des 10 légions de César. Donc rien de surprenant que de trouver des balles de fronde à son nom à Vellaunodunum ! ! !  

 

 

          Pour Gergovie, les batailles entre archéologues et historiens du XXème siècle ont démontrées que les oppida Auvergnat étaient tous peuplés par les Celtes en -52AV JC.  Par contre,  ces occupations multiples d’oppida vont à l’encontre des textes antiques sur Gergovie. César ne parle que d’un seul oppidum. Les occupants des autres forteresses seraient-ils restés contemplatif pendant que César essayait de conquérir Gergovie ?

          Pour Alésia, toute personne avec l’esprit ouvert peut comprendre en lisant le livre de Frank Ferrand  qu’Alésia ne peut pas être à Alise St Reyne. Donner le vrai nom de cet oppidum va dans la continuité de sa démonstration. Vellaunodunum restera peut être un jour un piètre lot de consolation pour ceux qui ont voulu nous faire croire qu’il s’agissait d’Alésia.

 

 














Version imprimable


Mon audience par Xiti